Certificat Sommelier Européen
Actualités
Rechercher :

MASTER CLASS À CRACOVIE Par Isabelle Le Balpe Ambassadrice A.S.E Italie2ème partie/2 (15-04-2015)

MASTER CLASS À CRACOVIE
2ème Partie


Je profite de mon passage dans cette ville magnifique pour la découvrir avec ses alentours.
Le lendemain matin Eva est mon guide. Vraiment super sympa de sa part. Nous partons dans le centre de Cracovie pour un café et nous nous arrêtons dans une œnothèque très bien garnie. Passant des vins polonais à des vins italiens, israéliens, français, australiens, etc.…. Nous trouvons même de l’huile d’olive extra vierge de grande qualité ! Une petite dégustation s’impose et notre choix se porte sur un Riesling Polonais, superbe ; lui fais alors découvrir un Madiran de 2009, et enfin la sommelière nous propose une Syrah d’Israël de 2011. Trois vins superbes. Mais nous devons déjà partir car une visite insolite m’attend.

Eva nous conduit à quelques kilomètres de Cracovie pour découvrir une incroyable mine de sel. La mine de Wielicka qui fait partie du patrimoine de l’UNESCO depuis 1978. Cette mine fut façonnée par la nature elle-même, nous parlons là de 15 millions d’années en arrière, quand cette région était encore sous le niveau de la mer. Suite aux différentes transformations géologiques, des lacs s’y formèrent et nous découvrons que déjà durant la période Néolithique, environ 4500 à 1700 A-C, les hommes récupéraient l’eau dans les marais avoisinant la grotte et la chauffaient pour en extraire le sel. La véritable expansion de la mine commença au XIIIème siècle.

Les héros de cette mine sont les mineurs eux-mêmes qui au fil des siècles formèrent une microsociété unique en son genre dans toute l’Europe, où se retrouvaient ouvriers, sculpteurs, ingénieurs, qui jusqu’à aujourd’hui façonnèrent dans le sel des œuvres d’arts. Aujourd’hui encore la mine est encore en activité. C’est un guide mineur qui nous conduit dans les entrailles de la terre. Un escalier de bois comportant plus de 378 marches nous permet d’arriver au 1er niveau qui se trouve à 64 mètres de profondeur et à partir de là, mes yeux ne cessent d’être éblouis par ce qu’ils voient. Nous longeons des couloirs où parfois le bois des parois est simplement pétrifié par le sel et les siècles, certains sont récents, la grotte étant continuellement contrôlée et mise en sécurité. Depuis 1996, d’énormes travaux ont été mis en œuvres pour la rendre sécure, aussi bien pour les mineurs qui encore aujourd’hui y travaillent mais aussi pour les nombreux touristes qui la visitent chaque année. L’activité permanente de cette mine est obligatoire pour son maintien et éviter qu’elle ne soit noyée. C’est elle qui nous permet d’admirer des stalactites et stalagmites superbes et en même temps elle reste un élément naturel des plus dangereux qui doit continuellement être évacué. Quand au sel noir qui devient blanc une fois broyé, il est vendu comme sel de bains ou comme sel de table.

Nous continuons de descendre, nous arrivons dans la salle Janowice (1743) où en 1967 le mineur sculpteur Mieczyslaw Kluzek y sculpta la reine Kinga, patronne des mineurs, canonisée par Jean-Paul II en 1999. Une des nombreuses légendes polonaises …... 



En continuant, nous arrivons dans la salle brûlée (1743) où nous est proposée une simulation d’explosion de gaz méthane qui, étant inodore, provoquait à l’époque des tragédies. Sculptée également par Monsieur Kluzek en 1972, elle représente les mineurs allongeant des bâtons comportant une boule de feu à leur extrémité, permettant ainsi de brûler ce gaz. Un peu plus loin se trouve la salle Casimir (1743) où l’on peut admirer la statue du roi Casimir, sculptée par le mineur Hapek Wladyslaw en 1968. Un roi tolérant, bâtisseur. On dit qu’il trouva un pays de bois et en fit un pays de pierre. En 1368 il créa «  Le statut de Kazimierz », statut qui reconnaissait aux mineurs le droit de recevoir du sel extrait de la mine. Le précurseur du Salaire pourrait-on dire. Effectivement salaire vient du mot sel, du Latin salen. 

Les passages sont parfois étroits, des grosses portes séparent les grottes, et continuant notre descente nous arrivons à la chapelle Sainte Croix. Pas de sculptures de sel, mais une statue en bois de Notre Dame de Victoire datant du 17ème siècle et une statue du Christ datant du XIXème siècle. Les mineurs vivant plus longtemps sous terre qu’à la surface, l’importance d’une chapelle était primordiale. De plus beaucoup y laissèrent leur vie. 



Nous continuons pour arriver à 110 mètres de profondeur et là, je n’en crois pas mes yeux. Dans la salle, NON !!!! La chapelle Sainte Kinga. Une basilique, la plus incroyable que je n’ai jamais vue. Elle fut creusée en 1896, sa hauteur de 12 mètres semble encore plus haute, 18 mètres de large sur plus de 50 mètres de longueur. Il faut y venir pour comprendre. Aucune photo ne peut restituer ce spectacle. Même les dalles du sol sont faites de sel. L’Autel, les statues, le bénitier…... Je dois d’ailleurs y revenir. La Sainte Kinga est le 24 juillet et une messe y est dite. 





Après une belle pause dans cet endroit magique, nous repartons pour arriver devant un lac et devant la grotte de Baracz, creusé entre 1846 et 1866. Une passerelle de bois a été aménagée pour pouvoir en faire le tour, des couleurs superbes. Nous continuons de descendre et vers 125 mètres de profondeur, une grotte spectaculaire nous offre la réalité du savoir-faire des mineurs charpentiers, la grotte de Jozef Pilsudski, creusée entre 1810 et 1830. Là aussi devant nos yeux, une sculpture de bois, une charpente géante. Nous finissons par la grotte Michalowice (1685) tout aussi incroyable que la précédente. La visite se termine dans une grotte à 130 mètres de profondeur, la grotte de 

En allant rejoindre le monte-mineurs qui nous ramène à la surface, nous rencontrons une dernière chapelle, la Chapelle de Linea de Saint Giovanni.
Notre visite s’achève et nous n’avons pas tout vu. La mine descend jusqu’à 327 mètres de profondeur et s’étend sur plus de 300 Km. Mais j’ai découvert qu’il est possible d’en faire une autre visite (Les secrets de la mine de sel). On y rentre par le puit le plus ancien, on ne passe par aucun des couloirs que nous avons empruntés, on est équipés de casques à lampe, cela ressemble plus à une expédition spéléologique. À faire !!!!

Le lendemain, Eva m’accompagne à un point de rendez-vous et c’est seule que je pars pour Auschwitz et Birkenau. Je ne dirais rien là-dessus, juste que Marguerita, la guide qui nous accompagnait avec un groupe Italien était une personne délicieuse qui nous a fait ressentir l’ampleur de cette horreur. Pour ma part, il me semblait normal d’y venir au moins une fois.  

Dernier jour à la découverte de la ville avec Magda en passant par le château le long du fleuve Vistule. 





La ville est belle ! La place du marché (Rynek), qui est la plus grande place médiévale d’Europe, est le centre de tout. Pittoresque et très agréable. Monuments, restaurants, bars, marché de Pâques où je déguste un fromage typique délicieux, entre deux orages. 



Eva me rejoins et nous rentrons préparer un mini Master-Class dînatoire. Improvisée mais très sympathique, nous avons mis à l’honneur des vins de la vallée du Rhône et pour finir un vin Italien fantastique,  IDEA (un vino passito 100% Aleatico) du domaine TRAPOLLINI en Ombrie, qui derrière ces étalons faits de puissance et de persistance aromatique, s’est montré à la hauteur de sa grande puissance. 
Un séjour magnifique ! Un grand merci à Eva, Monica, Magda, Bogus et tous les autres…… 



Inscrivez-vos à la newsletter ASE :

Je m'inscris
478581 visites

Association des Sommeliers d'Europe vous invite á une formation en sommelerie et à découvrir l'oénologie
par une initiation dans la dégustation du vin au cours de votre visite de cave à vin.


Site réalisé par